Midi de l'Art : Grégory Durviaux - Je ne peindrai plus de fleurs vu que l'homme a mangé la Terre (Liste d'attente)

2020-09-29 10:30:00 2020-09-29 10:30:00 Midi de l'Art : Grégory Durviaux - Je ne peindrai plus de fleurs vu que l'homme a mangé la Terre (Liste d'attente) Galerie Nosbaum Reding Exposition du 10.09.2020 au 17.10.2020 Visite guidée par l'artiste Né en 1975 à Bruxelles, Grégory Durviaux vit et travaille à Bruxelles et à Luxembourg. Des oiseaux de multiples couleurs volaient dans le ciel, des tons vert, rouge et orange, vifs, caractérisaient leurs plumages respectifs, tandis que leurs griffes enserraient des objets-rebuts de nature diverse : l’un tenait une cuillère en plastique, l’autre, un fil électrique, l’autre encore, une vieille boîte de conserve métallique. L’image semblait directement sortie d’une planche d’un livre d’un quelconque naturaliste d’un des siècles derniers. Le fond était de bois, de multiples pastilles circulaires reprenant les mêmes teintes de couleurs parsemaient une partie de la surface, comme créant une sorte de trame technologique, numérique, du fond ou sur laquelle émergeait ce qui semblait être, pour les plus optimistes, une nouvelle alliance de ces êtres à un environnement matériel et technologique, pour les plus pessimistes, une indénouable, voire impossible, relation. Le peintre faisait partie de cette seconde frange. Nature contre-culture ! clamaient avec lui certains hominidés. Représentation contre abstraction ! clamaient d’autres. Technique contre nature ! répondaient d’autres encore, non sans ironie, parmi cette foule d’êtres anthropomorphes qui ne cessaient d’investir l’espace public de leurs points de vue singulier afin de faire muter nos perspectives. Les temps actuels semblaient en effet mettre à mal les logiques d’opposition qui avaient caractérisé toute l’histoire de la modernité occidentale, et, avec elle, les dualismes, les dialectiques, et les oppositions. L’air du temps est à la production de réseaux et d’agencements afin de générer autant de nouvelles singularités que de nouveaux régimes de représentation. Le peintre médite, et se dit, comment faire avec ces contradictions ? Mes outils sont en effet, par définition, contre nature. Il n’y pas de solutions. Il ne réside que des mises en œuvre. La peinture en est une. Et l’exposition de ces contradictions n’est jamais qu’une autre manière de faire, afin de les soumettre au regard de tiers. - Raphaël Pirenne - août 2020. Bärbel Aubert accueillera les Amis des Musées pour ce Midi de l'Art. TRES IMPORTANT ! Suite aux récentes recommandations concernant les mesures de sécurité sanitaire, les musées et institutions culturelles ne peuvent organiser des visites guidées que par  groupes de 10 personnes, guide inclus.  Au cas où vous souhaitez participer à une visite il est indispensable de vous inscrire et de participer à la visite uniquement si vous avez reçu une confirmation.  Pour la  visite nous vous prions de respecter les consignes de sécurité : port du masque, désinfection des mains et respect d'une distance d'au moins 1,5 m entre les participants du groupe. Luxembourg Les amis des musées d'art et d'histoire Luxembourg info@amisdesmusees.lu Europe/Luxembourg public

Galerie Nosbaum Reding

Exposition du 10.09.2020 au 17.10.2020

Visite guidée par l'artiste

Né en 1975 à Bruxelles, Grégory Durviaux vit et travaille à Bruxelles et à Luxembourg.

Des oiseaux de multiples couleurs volaient dans le ciel, des tons vert, rouge et orange, vifs, caractérisaient leurs plumages respectifs, tandis que leurs griffes enserraient des objets-rebuts de nature diverse : l’un tenait une cuillère en plastique, l’autre, un fil électrique, l’autre encore, une vieille boîte de conserve métallique. L’image semblait directement sortie d’une planche d’un livre d’un quelconque naturaliste d’un des siècles derniers.

Le fond était de bois, de multiples pastilles circulaires reprenant les mêmes teintes de couleurs parsemaient une partie de la surface, comme créant une sorte de trame technologique, numérique, du fond ou sur laquelle émergeait ce qui semblait être, pour les plus optimistes, une nouvelle alliance de ces êtres à un environnement matériel et technologique, pour les plus pessimistes, une indénouable, voire impossible, relation. Le peintre faisait partie de cette seconde frange. Nature contre-culture ! clamaient avec lui certains hominidés.

Représentation contre abstraction ! clamaient d’autres. Technique contre nature ! répondaient d’autres encore, non sans ironie, parmi cette foule d’êtres anthropomorphes qui ne cessaient d’investir l’espace public de leurs points de vue singulier afin de faire muter nos perspectives. Les temps actuels semblaient en effet mettre à mal les logiques d’opposition qui avaient caractérisé toute l’histoire de la modernité occidentale, et, avec elle, les dualismes, les dialectiques, et les oppositions. L’air du temps est à la production de réseaux et d’agencements afin de générer autant de nouvelles singularités que de nouveaux régimes de représentation. Le peintre médite, et se dit, comment faire avec ces contradictions ? Mes outils sont en effet, par définition, contre nature. Il n’y pas de solutions. Il ne réside que des mises en œuvre. La peinture en est une. Et l’exposition de ces contradictions n’est jamais qu’une autre manière de faire, afin de les soumettre au regard de tiers. - Raphaël Pirenne - août 2020.

Bärbel Aubert accueillera les Amis des Musées pour ce Midi de l'Art.

TRES IMPORTANT !

Suite aux récentes recommandations concernant les mesures de sécurité sanitaire, les musées et institutions culturelles ne peuvent organiser des visites guidées que par  groupes de 10 personnes, guide inclus. 

Au cas où vous souhaitez participer à une visite il est indispensable de vous inscrire et de participer à la visite uniquement si vous avez reçu une confirmation. 

Pour la  visite nous vous prions de respecter les consignes de sécurité : port du masque, désinfection des mains et respect d'une distance d'au moins 1,5 m entre les participants du groupe.

  Ajouter à mon calendrier