Le passé colonial du Luxembourg

2022-11-05 23:00:00 2022-11-05 23:00:00 Le passé colonial du Luxembourg Musée national d'histoire et d'art Exposition du 08.04.2022 au 06.11.2022. Commissaire de l'exposition : Régis Moes, conservateur au MNHA. Le Luxembourg a-t-il un passé colonial? La plupart des Luxembourgeois répondrait très clairement que non. Certes, l’État luxembourgeois n’a jamais été une puissance coloniale. Mais est-ce aussi simple? Le Musée national d’histoire et d’art (MNHA) se penche sur la question. Si le Luxembourg n’a jamais exercé d’autorité sur un territoire d’outremer ou sur ses populations, nombre d’hommes et de femmes du Grand-Duché ont émigré aux 19eet 20e siècles pour s’établir et travailler dans les colonies d’autres pays européens. Ces Luxembourgeois et Luxembourgeoises y ont occupé toutes sortes de fonctions: soldats, scientifiques, hommes d’affaires, missionnaires hommes et femmes et même fonctionnaires coloniaux. En effet, une propagande active visant à recruter sur le sol luxembourgeois des coloniaux pour le Congo belge s’était largement déployée. Le système colonial, qui reposait sur le principe de l’inégalité entre Européens et colonisés, s’appuyait alors sur des théories prétendument scientifiques qui affirmaient une supériorité de certaines «races» sur d’autres, donnant une justification à la domination et à l’exploitation des populations colonisées par les Européens. Cette idéologie servait de légitimation pour occuper des territoires situés sur d’autres continents et exercer un contrôle sur les autochtones. Le colonialisme était également présent dans la société luxembourgeoise du milieu du 19e siècle jusqu’aux années 1960, influençant aussi bien la politique, l’économie que la culture du pays. Cette vision du monde colonialiste, longtemps dominante, est aujourd’hui révolue mais elle a laissé des marques bien profondes dans la société. Certains échos retentissent encore douloureusement de nos jours. Les activistes antiracistes rappellent depuis longtemps que les discriminations raciales contemporaines, au Luxembourg comme partout ailleurs dans le monde, reposent sur les des stéréotypes inventés à l’époque coloniale. Du 8 avril au 6 novembre 2022, l’exposition temporaire «Le passé colonial du Luxembourg» offre un aperçu sur ce pan moins connu de l’histoire du Grand-Duché. La participation de soldats luxembourgeois à la conquête coloniale et la présence de scientifiques luxembourgeois dans l’exploration des territoires d’outremer sont ainsi thématisés, tout comme les intérêts économiques d’entreprises luxembourgeoises dans les colonies. Des Luxembourgeois ont aussi participé à l’exploitation meurtrière du caoutchouc au Congo à l’époque du Roi des Belges Léopold II (1885-1908) qui fit plusieurs millions de morts. Des ressortissants du Grand-Duché ont participé à de nombreux autres aspects du système colonial : construction d’infrastructures de transport, d’éducation et de santé – le tout en recourant le plus souvent au travail forcé. Avec l’Union économique belgo-luxembourgeoise (UEBL) instituée en 1922, les Luxembourgeois au service de l’Etat colonial au Congo belge étaient considérés comme égaux aux Belges. Ceci explique que peu avant la proclamation de l’indépendance de la République démocratique du Congo en 1960, près 600 Luxembourgeois vivaient au Congo belge. L’exposition donne à découvrir diverses sources provenant de collections publiques, mais aussi privées (objets, documents, lettres, œuvres d’art, photographies, etc) qui permettent de retracer les nombreuses implications du Grand-Duché dans l’histoire coloniale. En s’appuyant sur les faits historiques et sur le parcours de Luxembourgeois pendant la période coloniale, le MNHA illustre la complexité des relations coloniales. Par-delà le regard rétrospectif, le MNHA donne également la parole à neuf personnes du Luxembourg dont le parcours de vie est étroitement lié tout à la fois à notre pays et à l’histoire coloniale. Car même si la page de l’histoire coloniale a pu être tournée il y a plus de soixante ans, ses soubresauts les plus souterrains sont encore palpables dans le quotidien de nombre de concitoyens. Cette exposition montre que le Luxembourg a bel et bien un passé colonial. Visuel : Un administrateur colonial luxembourgeois entouré de pagayeurs congolais dans les années 1930 © Collection privée Luxembourg Les amis des musées d'art et d'histoire Luxembourg info@amisdesmusees.lu Europe/Luxembourg public

Musée national d'histoire et d'art

Exposition du 08.04.2022 au 06.11.2022.

Commissaire de l'exposition : Régis Moes, conservateur au MNHA.

Le Luxembourg a-t-il un passé colonial? La plupart des Luxembourgeois répondrait très clairement que non. Certes, l’État luxembourgeois n’a jamais été une puissance coloniale. Mais est-ce aussi simple? Le Musée national d’histoire et d’art (MNHA) se penche sur la question.

Si le Luxembourg n’a jamais exercé d’autorité sur un territoire d’outremer ou sur ses populations, nombre d’hommes et de femmes du Grand-Duché ont émigré aux 19eet 20e siècles pour s’établir et travailler dans les colonies d’autres pays européens. Ces Luxembourgeois et Luxembourgeoises y ont occupé toutes sortes de fonctions: soldats, scientifiques, hommes d’affaires, missionnaires hommes et femmes et même fonctionnaires coloniaux. En effet, une propagande active visant à recruter sur le sol luxembourgeois des coloniaux pour le Congo belge s’était largement déployée.

Le système colonial, qui reposait sur le principe de l’inégalité entre Européens et colonisés, s’appuyait alors sur des théories prétendument scientifiques qui affirmaient une supériorité de certaines «races» sur d’autres, donnant une justification à la domination et à l’exploitation des populations colonisées par les Européens. Cette idéologie servait de légitimation pour occuper des territoires situés sur d’autres continents et exercer un contrôle sur les autochtones. Le colonialisme était également présent dans la société luxembourgeoise du milieu du 19e siècle jusqu’aux années 1960, influençant aussi bien la politique, l’économie que la culture du pays.

Cette vision du monde colonialiste, longtemps dominante, est aujourd’hui révolue mais elle a laissé des marques bien profondes dans la société. Certains échos retentissent encore douloureusement de nos jours. Les activistes antiracistes rappellent depuis longtemps que les discriminations raciales contemporaines, au Luxembourg comme partout ailleurs dans le monde, reposent sur les des stéréotypes inventés à l’époque coloniale.

Du 8 avril au 6 novembre 2022, l’exposition temporaire «Le passé colonial du Luxembourg» offre un aperçu sur ce pan moins connu de l’histoire du Grand-Duché. La participation de soldats luxembourgeois à la conquête coloniale et la présence de scientifiques luxembourgeois dans l’exploration des territoires d’outremer sont ainsi thématisés, tout comme les intérêts économiques d’entreprises luxembourgeoises dans les colonies. Des Luxembourgeois ont aussi participé à l’exploitation meurtrière du caoutchouc au Congo à l’époque du Roi des Belges Léopold II (1885-1908) qui fit plusieurs millions de morts. Des ressortissants du Grand-Duché ont participé à de nombreux autres aspects du système colonial : construction d’infrastructures de transport, d’éducation et de santé – le tout en recourant le plus souvent au travail forcé. Avec l’Union économique belgo-luxembourgeoise (UEBL) instituée en 1922, les Luxembourgeois au service de l’Etat colonial au Congo belge étaient considérés comme égaux aux Belges. Ceci explique que peu avant la proclamation de l’indépendance de la République démocratique du Congo en 1960, près 600 Luxembourgeois vivaient au Congo belge.

L’exposition donne à découvrir diverses sources provenant de collections publiques, mais aussi privées (objets, documents, lettres, œuvres d’art, photographies, etc) qui permettent de retracer les nombreuses implications du Grand-Duché dans l’histoire coloniale. En s’appuyant sur les faits historiques et sur le parcours de Luxembourgeois pendant la période coloniale, le MNHA illustre la complexité des relations coloniales. Par-delà le regard rétrospectif, le MNHA donne également la parole à neuf personnes du Luxembourg dont le parcours de vie est étroitement lié tout à la fois à notre pays et à l’histoire coloniale. Car même si la page de l’histoire coloniale a pu être tournée il y a plus de soixante ans, ses soubresauts les plus souterrains sont encore palpables dans le quotidien de nombre de concitoyens. Cette exposition montre que le Luxembourg a bel et bien un passé colonial.

Visuel : Un administrateur colonial luxembourgeois entouré de pagayeurs congolais dans les années 1930 © Collection privée

Exposition
Oui
A l'affiche
Non
  Ajouter à mon calendrier